Menus de configuration dans le panneau d'administration

[Entretien] Contenu et influence, avec Nicolas Chabot (investisseur et VP EMEA chez Traackr)

La phrase « brainstorming » : « le content marketing est une proposition de discussion ».

 

La p’tite phrase qui tue : « Il n’a pas de stratégie de contenu sans stratégie d’influence au même titre qu’il n’y a pas de stratégie d’influence sans contenu ».

 

Nicolas Chabot, comment définiriez-vous le content marketing sous le prisme du marketing d’influence ?

 

Pour nous chez Traackr, le content marketing c’est un peu le marketing des conversations. Il s’articule alors autour d’une problématique première : comment vais-je créer des sujets de conversation pertinents? Vu sous cet angle, on perçoit tout de suite comment le content marketing se distingue de notions avec lesquelles il est très souvent assimilé telles que le brand content, le native advertising ou l’inbound marketing. En effet, lorsque l’on évoque le brand content, le native advertising ou l’inbound marketing il s’agit davantage de contenus finalement contrôlés par les marques. On se trouve toujours dans cette relation un peu top down de mise en œuvre par les marques de leurs propres messages; tandis que lorsque l’on évoque le content marketing, on se positionne beaucoup plus dans une logique d’échange, d’interaction et de discussion, autour de ce que peut être le contenu. Si je devais résumer, je dirais que pour moi, le content marketing est une proposition de discussion. C’est en tous cas sous cet angle là que nous abordons le content marketing avec nos clients.

 

Pour vous le spécialiste du marketing d’influence, qu’est-ce qu’un contenu ?

La définition du contenu peut être extrêmement vaste. De mon point de vue, un contenu est une opportunité. Lorsque nous travaillons avec nos clients pour les aider à concevoir leurs stratégies d’influence, le contenu constitue réellement le cœur de ce que j’appelle la stratégie d’engagement. Dans ce sens, chaque contenu correspond à autant d’opportunités de créer de l’engagement. Un contenu peut donc prendre des formes très variées :  Lorsque l’on crée un évènement, lorsque l’on fait une rencontre, lorsque l’on passe un simple coup de fil ou que l’on suscite un échange, il s’agit selon moi, d’autant d’opportunités de créer du contenu.

De ce point de vue, le content marketing c’est ainsi créer, générer des opportunités de créations de contenus par des tiers. Ce qui est puissant dans le content marketing (et c’est en cela que décidément je le distingue de notions telles que le brand content par exemple) c’est cette conception du contenu comme d’une collaboration. Même lorsque le contenu est créé exclusivement pour des considérations SEO- pour générer par exemple des backlinks – il y a une forme d’engagement

J’ai donc réellement du contenu une vision très proche de ce que l’on peut appeler « engagement opportunities », des opportunités d’engagement. De fait, le contenu peut alors prendre dans son exécution des formats très variés.

La ligne directrice est ici la suivante : il n’y a pas de contenu s’il n’y a pas de conversations, et il n’y a pas de contenu s’il n’y a pas d’échanges. C’est à ce niveau que les stratégies d’influence sont absolument clés. Je ne suis pas un fan de l’industrialisation à outrance et en particulier, je ne pense pas que l’on puisse industrialiser l’engagement. C’est là un insight essentiel pour nous : en fin de compte, très peu de gens génèrent des contenus et des conversations. Très très peu de gens. Ce qui autrement dit signifie qu’avoir des processus d’automatisation permettant d’engager, de distribuer son contenu à des dizaines de milliers ou des centaines de milliers, ou des millions de personnes, est , en réalité , voué à l’échec. Pour une raison simple : parce que l’on n’est pas capable de gérer des conversations pertinentes avec autant de gens, et finalement on revient vers du topdown.

Donc pour déclencher des conversations, il est impératif de se concentrer sur ceux qui génèrent le plus d’impact, le plus d’engagement, le plus de conversations. Or ces gens-là, ce sont ceux que nous définissons comme des influenceurs.

Donc la stratégie d’influence, c’est réellement la stratégie qui va me permettre, grâce à mes contenus – ces contenus étant compris comme des opportunités d’engagement – de créer des conversations sur le web social. Contenu et influence sont ainsi extrêmement liés : Je pense qu’il n’y a pas de stratégie de contenu, sans stratégie d’influence au même titre qu’il n’y a pas de stratégie d’influence sans contenu puisqu’il n’y a pas de conversation s’il n’y pas de sujet de conversation. Ces deux notions, contenu et influence sont réellement le même sujet.

21 avril 2016

Pas encore de commentaire(s) sur "[Entretien] Contenu et influence, avec Nicolas Chabot (investisseur et VP EMEA chez Traackr)"

    On attend avec impatience vos commentaires !

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *