Menus de configuration dans le panneau d'administration

Bilan des investissements publicitaires sur les réseaux sociaux par les marketeurs américains en 2018

Si créer des contenus utiles à votre audience est l’épicentre de toute stratégie de content marketing, orchestrer leurs distributions est le second – rappelons à cet égard, la p’tite phrase sibylline du patron de Buzz Feed « le contenu est roi mais la distribution est reine et c’est elle qui porte le pantalon »). Or en la matière tout bon content marketeur le sait aussi : la gratuité des réseaux sociaux comme mode de distribution efficace de vos contenus est une gageure. Si vous voulez que vos sublimes contenus soient placés au bon endroit, au bon moment et devant la bonne personne (audience cible et personas …) il faut payer le réseau social. Autrement dit, acheter de la publicité sur ces réseaux sociaux – tout l’art d’un bon mix média.

C’est la raison pour laquelle l’étude publiée cette année par le média américain dédié aux réseaux sociaux Social Media Today m’a paru intéressante. Elle dresse en effet un bilan de fin d’année sur les tendances et usages en matière d’investissement publicitaires sur les réseaux sociaux en 2018 par les marketeurs américains. Des infos intéressantes pour mieux éclairer votre planning social média sur 2019.

Quelles ont été les principaux usages, quels changements dans l’affectation des budgets publicitaires affectés aux réseaux sociaux, sur quelles plateformes les entreprises ont-elles dépensées le plus et sur lesquelles ont-elles obtenus les meilleurs retours sur investissements ? Toutes ces questions ont été posées à plus de 500 social média marketeurs issus de la communauté du média américain Social Media Today qui a réalisé cette étude que vous trouverez dans son intégralité ici.

Quels ont été les réseaux sociaux les plus utilisées par les marketeurs américains en 2018 ?

Sans trop de surprises, avec leur près de 3,2 milliards d’utilisateurs, Facebook et Instagram (la même maison) tiennent le haut du pavé. Ces deux réseaux sociaux comptabilisent donc à eux deux le plus de dépenses publicitaires. En seconde position, presque sur le même volume, suivent LinkedIn, Twitter et YouTube. Le rang des derniers étant tenus par Pinterest et Snapchat.

Interrogés sur leurs prévisions d’affection pour 2019, les marketeurs américains semblent donner la faveur à Instagram, Facebook passant juste derrière. Ensuite, du trio Twitter, LinkedIn et Youtube, c’est Youtube qui remportera leurs faveurs.

Dans quel poste les marques américaines affecteront-elles leurs budgets en 2019 ?

Le genre de réponse que l’on aime à l’Académie du content marketing … les marketeurs américains prévoient d’affecter près de 60% de leur budget à la création de contenu. Les 40% restant étant répartis pour moitié en publicité (environ 20%), dans l’équipe ou l’agence en charge de la gestion des budgets et/ou du community management et les outils/technos de gestion et de reporting des réseaux sociaux.

Interrogés sur leurs intentions de dépense pour 2019, 68% des répondants déclarent avoir l’intention d’investir davantage dans la publicité sur les réseaux sociaux.

Quels sont les objectifs assignés aux campagnes payantes de social média ?

Répartition plus équitable cette fois, avec pour près de 50% un objectif strictement mercantile : générer des leads et/ou des ventes. Mais pris isolément, l’objectif premier est (étonnamment) d’améliorer la notoriété de la marque (35%), la génération de trafic étant un objectif secondaire (21%).

Qui gère les budgets publicitaires sur les réseaux sociaux ?

Sans surprise, la gestion des budgets publicitaires sur les réseaux sociaux est dans 70% des cas, gérée en interne à l’entreprise. Dans 20% des cas elle est confiée à une agence et beaucoup plus rarement à un consultant indépendant (seulement 6%).

19 décembre 2018

Pas encore de commentaire(s) sur "Bilan des investissements publicitaires sur les réseaux sociaux par les marketeurs américains en 2018"

    On attend avec impatience vos commentaires !

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *