Menus de configuration dans le panneau d'administration

3 conseils et 2 exemples pour choisir LE type de contenu qui vous rendra super star

Chaque discipline a son jargon et la précision vocabulaire en matière de content marketing est essentielle, comme dans toute autre discipline. Votre stratégie de content marketing une fois conçue, place à l’implémentation, donc au retroussage de manches pour rentrer dans le concret : la création de vos contenus.

Avant cela, quelques décisions stratégiques doivent être prises parmi lesquels celles de la plateforme que vous choisirez pour véhiculer vos contenus puis viendra ensuite le choix du canal de diffusion. Petit rappel des différences entre les deux, un conseil pour prioriser et démarrer sans se disperser et deux supers exemples pour être inspiré !

Contenu, plateforme et canal de diffusion du contenu, quelles différences ?

Il ne faut pas confondre type de contenu et canal de diffusion du contenu.

  • Le type de contenu (content type), c’est l’emballage digital que vous allez choisir pour formaliser ce que vous souhaitez dire (infographie, podcast, apps). Il répond à la question « comment vais-je raconter mon histoire ? ». Vais-je le faire par écrit, par oral, par vidéo ou en personne ?
  • Le canal de diffusion du contenu (content channel) c’est le vecteur de communication que vous utiliserez pour placer ce contenu devant la bonne personne, au bon endroit et au bon moment (réseaux sociaux, influenceurs, RP, etc). Il répond donc à la question « où vais-je raconter mon histoire, quel canal vais-je choisir pour distribuer mon contenu ? ».

Un bémol toutefois, qui peut prêter à confusion : le blog. Il est en effet à la fois un type de contenu ET un canal de diffusion de ce contenu. Idem pour le magazine print. Il est la fois la plateforme et un type de contenu pour lequel vous pourriez opter.

Créateur de contenu v/s producteur de contenu

En content marketing, à chaque tâche correspond une fonction spécifique, au sein de la dream-team content marketing. Et en l’occurrence, les équipes content marketing constituées conformément à l’orthodoxie en la manière, comptent chacune et distinctement un créateur de contenu (celui qui prend la plume/le clavier/le stylo pour créer le contenu lui-même) et un producteur (celui qui va créer l’emballage de ce contenu). Je vous renvoie pour le détail et les différences dans ces fonctions ce post de l’Académie (qui avait d’ailleurs fait l’objet d’une reprise par le JDN avec mon ami Emmanuel Stanislas, fondateur de l’agence de recrutement digital Clémentine).

Trop de types de contenu tue la performance …

 Face à la diversité de ces types de contenus, le/la passionné(e) du contenu web sera placé(e) devant le choix alléchant de se lancer corps et à même dans la réalisation de plusieurs types de contenus tous azimuts.

On peut le comprendre : Prenez l’exemple des infographies, elles sont en général esthétiquement toutes supers bien faites, réussissant l’exploit d’être à la fois hyper claire à lire (on les lits vite) et bourrées d’infos chiffrées dont on raffole. Et c’est d’ailleurs bien pour cela qu’elles cartonnent. Donc bien sûr, les infographies ont toutes leurs places dans une stratégie de content marketing. Et oui, il est bien normal que vous pourriez d’envie d’essayer ce nouveau software (il en existe des dizaines) qui vous permet de réaliser une infographie en quelques heures.

Est-ce que pour autant, il vous faut vous jeter sur la réalisation d’une infographie alors que votre budget content marketing est déjà serré et que vous n’avez pas encore vraiment réussi à en démontrer le ROI ?

Je répondrais non. Clairement, tant que vous n’avez développé une large audience, il vaut mieux vous concentrer sur un type de contenu et un seul canal de diffusion. N’en choisissez qu’un seul, mais faites-le à fond et faites le bien. Au début, concentrez vos efforts sur la création d’un contenu « wahou », vraiment exceptionnel soit parce drôle, hyper intelligent ou faisant réfléchir tout en offrant une information que votre audience ne trouvera nulle part ailleurs. Etablissez en amont une fréquence de création et de diffusion et maintenez-là. En clair, choisissez en un seul mais mettez le paquet sur celui-là. Et vous pourriez avoir de vraies super surprises en optant pour cette stratégie.

De Frederic Filloux et sa Monday note àTom Dickson et son Will it blend

Deux exemples pour illustrer mon point. L’un B2B dans l’univers des médias, l’autre B2C et plus purement commercial, dans l’industrie américaine de l’électroménager (mixeur).

=> Le contenu vidéo Will it blend, exclusivement sur YouTube

Tom Dickson, génial inventeur d’un mixeur aux fonctionnalités qui déchirent (et peuvent absolument TOUT mixer) a centré l’essentiel de sa stratégie marketing globale autour de la création d’un seul et unique type de contenu : la vidéo – et d’un canal de diffusion unique : Youtube.

Après un gros boulot de réflexion en amont sur son storytelling, la ligne éditoriale et naturellement son audience précisément ciblée, il créé purement et simplement une véritable émission de télé au sein de laquelle, après une mise en scène digne des séries américaines de années 70, il entreprend de mixer les plus improbables objets, du casque star-wars en passant par le dernier Iphone ou les dernières Nike air. Un contenu B2C hyper drôle, court, 100% divertissant et faisant merveilleusement bien passer le message unique : la qualité et la solidité top niveau de ses mixeurs démontrées par le fait qu’ils peuvent absolument TOUT mixer. Pour retrouver l’étude de cas complète, c’est ici.

=> Frédéric Filloux Jean-louis Gassée et leur super smart Monday Note

Coté B2B, Frédéric Filloux  ancien Directeur général des Echos et responsable du digital entre 2011 et 2015 et Jean-Louis Gassée, ancien dirigeants d’Apple de 1981 à 1990, lancent ensemble en 2007, une newsletter hebdomadaire, la Monday Note. Avec ce type unique de contenu, l’un, dirigeant emblématique du groupe français le plus pointu en terme de techno, contenu et média ; et l’autre, guru techno de la plus belle et plus innovante entreprise technologique au monde, mettent en commun expertise haut vol et thought leadership à la disposition d’une audience constituée de tous le gratin français (et anglophone – la Monday note étant rédigé en anglais) des dirigeants et membres de la C-suite évoluant dans ces trois domaines. Un contenu chacun, pas deux. Toujours super smart, toujours dans un anglais parfait et diffusée à date et heure fixe (dimanche soir, tranche horaire connue pour être celle où les « décideurs » sont les plus dispos) et sur deux grands sujets parfaitement imbriqués : GAFA et publishing.

La newsletter Monday Note de Frédéric Filloux & Jean-Louis Gassée

Au début, Monday n’était « qu’une » newsletter. Au fils du succès des contenus et de leur densité (les auteurs étant d’une régularité sans faille dans la création et la publication de leur contenu) croissante, le site web Monday Note existe désormais (on relèvera donc que le site web n’est venu qu’en temps 2, après la newsletter). Et chacun des auteurs a utilisé comme vecteur de diffusion individuelle de leur contenu, en plus de celui commun de la newsletter, la plateforme Médium, un mix entre plateforme de blog et réseau social très utilisé des journalistes. Un choix très « content-tech » branded. Comme les auteurs – et comme leurs contenus ;).

 

27 avril 2017

1 commentaire(s) sur "3 conseils et 2 exemples pour choisir LE type de contenu qui vous rendra super star"

  1. Merci beaucoup pour ce partage, ce sont de bons conseils! C’est vrai qu’il est délicat de se focaliser sur un seul et même canal… au début on pense surtout à se diversifier et être présent partout pour toucher un maximum de personnes.

On attend avec impatience vos commentaires !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *